Article réalisé par Renée VIZZARI - Revue CAMILA-NEA  © 
  DRAPEAU BRESILIEN : ORDEM E PROGESSO
L’origine de la devise vient d’un extrait d’Auguste COMTE
Philosophe français fondateur du positivisme :
« O amor por princípio, e a ordem por base, O progresso por fim »
« le progrès est le développement de l’ordre, le progrès se construit sur l’ordre ».

Que représentent les étoiles dans le globe bleu?
• Pourquoi sont-elles situées à des endroits bien précis
• Pourquoi, une étoile est-elle située au-dessus de la bannière blanche?
• Le jaune, le vert et le bleu, les couleurs du Brésil, que représentent-elles ?
Le VERT représente la forêt amazonienne
Le BLEU
le ciel, dans lequel les 27 étoiles représentent les 26 états fédérés
Le JAUNE
les ressources du sous-sol, c’est-à-dire l’or.

Et le fameux globe bleu marine et ses étoiles, que représente-t’il ?
A première vue, on s’imagine qu’elles sont disposées n’importe comment. Et bien non!

La République du Brésil a été proclamée à Rio le 15 novembre 1889, à vingt heures trente minutes pour être exact.
Cette précision est importante car nos intellectuels brésiliens, férus de positivisme et de connaissances scientifiques, ont choisi de disposer les étoiles représentant les États selon l’aspect de la voûte céleste à ce moment précis.
Et chaque État a eu droit à son étoile : ainsi par exemple, les 5 États les plus puissants au moment de la création de la République (les États de Rio, São Paulo, Minas Gerais, Bahia et Espirito Santo), sont représentés par les 5 étoiles de la constellation de la Croix du Sud au milieu du globe. Autre exemple, l’étoile de l’État d’Amazonas, Procyon, se trouve en-dessous de la bannière à gauche.

A chaque fois qu’un territoire est élevé au rang d’état une étoile est ajoutée au drapeau.

POURQUOI Y A-T-IL 1 SEULE ETOILE AU DESSUS DE LA BANNIERE BLANCHE ?

Il s‘agit de l’État de Para, dont la capitale est Belém, près de l’embouchure de l’Amazone.
Mais pourquoi l’État de Para?
En examinant la carte géographique actuelle du Brésil, on ne trouve aucune explication qui justifie ce privilège.
C'est bien entendu la carte datant de l’époque de la création de la République qui apporte la réponse : Para était de loin le plus grand État du Brésil, occupant toute la partie nord du pays, englobant les États actuels d’Amazonas, Amapá ou encore Roraima.


La position de l’étoile était donc bien justifiée au-dessus de l’équateur, au-dessus de la bannière blanche.





 
Donc "Cão de Fila" (chien Fila) ou "Cão de filar" suggère que c'est un "chien qui attrape", un chien qui "mord et ne desserre pas son emprise".
Un nom similaire se trouve également dans deux races de chiens portugais: le Cão de Fila de São Miguel et le Cão de Fila da Terceira à ne pas confondre avec le BARBADO de Tercera (1er groupe)

Une théorie est que la race est une combinaison entre le Mastiff anglais , le Bloodhound et le ieux Bulldog du 15ème siècleI.
Une autre théorie est que le Fila serait le résultat du croisement entre des chiens portugais et espagnols amenés au Brésil pendant la période de l'Union ibérique et dans ce cas, le Fila aurait comme ascendants possibles le Mastiff espagnol, Cão de Castro Laboreiro, Cão de Gado Transmontano, Rafeiro do Alentejo, Cão Fila de São Miguel, etc., ou le prédécesseur de ces races (l'Iberian Alaunt ), et croisés avec des chiens de
« flair ».

Les Fila Brasileiro ont été élevés et élevés principalement dans de grandes plantations et des fermes d'élevage où ils sont originaires.
En plus du bétail, des jaguars et d'autres animaux, ces chiens ont appris à chasser les esclaves en fuite, ils attrapaient l'esclave ou les animaux par le cou et les tenaient jusqu'à l'arrivée du fermier.
Le premier standard écrit de la race a été édité en 1946.
Les Paulistas (spécialistes) étaient chargés d'organiser un programme d'élevage planifié et d'ouvrir un livre généalogique pour enregistrer les chiens.
Le Dr Paulo Santos Cruz a commencé à élever systématiquement le Fila Brasileiro et a également largement contribué à l'établissement de la norme CAFIB, et qui maintenant, par conséquent, a le droit d'être appelé le "pè" Concernant les registres, le CBKC (Brazilian Confederation Kennel Club) suit la politique de la FCI (Federation Cynologique Internationale) et n'accepte pour enregistrement que les chiens avec des pedigrees FCI, orientant les éleveurs à contrôler la dysplasie de la hanche, en plus d'autres problèmes de santé.
Le Fila Brasileiro est décrit comme un Mastiff brésilien ou un Molosser brésilien. Aux États-Unis, l'OFA (Orthopedic Foundation for Animals) fait un registre statistique de tous les Filas qui ont été radiographiés pour diagnostiquer la dysplasie de la hanche.

L'armée brésilienne a comparé cette race aux Doberman et aux bergers allemands
dans une étude de cinq ans utilisant ces chiens dans la jungle dans des conditions extrêmement hostiles.

Les traits suivants ont été observés: intelligence, agressivité, sensibilité, tempérament, énergie, résistance, rusticité et force. Les bergers allemands ont la plus haute intelligence et Doberman Pinschers le plus haut niveau d'agression,
Le Fila Brasileiro s'est avéré supérieur dans toutes les autres catégories.


Vif, agile, endurant, tenace, courageux, le fila est remarquable tant dans sa tête que dans son corps.
N’oublions pas que ce molosse brésilien était sollicité pour la chasse aux jaguars (de jour comme de nuit) dans des terrains escarpés, marécageux et une garde sans faille des troupeaux.

De par sa démarche spécifique, « féline, élastique » il est le plus rapide des grands dogues et adore travailler !
Obéissant envers SES MAITRES (il faut le souligner), il se montre méfiant vers les inconnus, la fameuse "OJERIZA" (aversion extrême pour les étrangers) dont sont si fiers les afficionados.




Il se laisse rarement toucher par le juge (d’ailleurs, je ne pense pas que beaucoup de juge veuillent toucher un fila) mais nous pouvons faire confiance aux « vrais éleveurs », s’ils vous disent que vous pouvez le toucher, allez-y .. Ils connaissent bien leur race !

Le maitre d’un fila doit avoir une main de fer, dans un gant de velours, et surtout ne pas se laisser impressionner lorsque celui-ci essaie de le dominer ! Ce n’est pas le chien de « monsieur TOULEMONDE » .. Non !! Il faut une certaine expérience et suivre, à la lettre, les recommandations des éleveurs quant à son éducation I qui doit commencer dès son plus jeune âge.

Le propriétaire d’un FILA BRASILEIRO doit être capable en toutes circonstances de le contrôler, n’oublions pas que, lorsqu’il est en colère, son agressivité peut être terrible, étant donné sa force et surtout son insensibilité aux intimidations verbales et/ou physiques lorsqu'il est excité.

Alors même s’il n’est pas à mettre entre toutes les mains, NOTRE FILA BRASILEIRO se révèle être un merveilleux chien de compagnie, aimant et fidèle, qui vaut réellement la peine d’être connu.





 
FILA BRASILEIRO
Description Morphotypique
(DominiqueVIZZARI) 
 
 
Le Fila Brasileiro est un molossoïde de type dogue, c’est un Concaviligne, Longiligne, Hypermétrique et Mésocéphale, un chien massif avec une ossature puissante capable d’une grande agilité, bien proportionné et harmonieux, sa construction compacte présente un profil rectangulaire.
Le dimorphisme sexuel est très prononcé dans la race.
Sa tête est forte avec un museau plus court que le crâne.

La tête est en harmonie avec le corps, elle est grande, puissante et massive, d’aspect trapézoïdal qui fait penser à la forme d’une poire.
Le crâne, de profil, présente une courbe douce du stop à l’occiput, alors que de face, il est large, ample, légèrement courbé avec des lignes latérales presque verticales.
Le stop vu de face est à peine défini avec un sillon médian montant jusqu’au milieu du crâne, de profil, il est peu marqué, formé par les arcades sourcilières qui sont bien développées.
La truffe est large, bien développée et noire.
Le museau est fort, large, haut, surtout à la racine, pas plus haut que long, vu de dessus il est « plein » sous les yeux et se resserre légèrement jusqu’au milieu, puis s’élargi progressivement jusqu’à la truffe. Vu de profil, la ligne supérieure est droite ou légèrement busquée mais jamais ascendante alors que la ligne antérieure est presque perpendiculaire au chanfrein avec une légère dépression sous la truffe.
La lèvre supérieure est grosse et pendante, elle se superpose à la lèvre inférieure en une courbe parfaite, la lèvre inférieure est bien appliquée jusqu’aux canines, elle est presque parallèle à la ligne supérieure, elle est souple avec des bords dentelés et se termine par la commissure labiale apparente, le bord des lèvres, vue de face, forme un U renversé profond.
Les mâchoires présentent un articulé en ciseaux (recherché), la denture est forte avec des incisives supérieures larges à la base et effilées à l’extrémité, les canines sont puissantes bien implantées et écartées.
Les yeux sont de taille moyenne à grande, en forme d’amande, bien écartés, d’insertion moyenne à profonde, de couleur châtain foncé jusqu’au jaune, toujours en harmonie avec la robe, toutefois il faut privilégier les teintes les plus foncées.
Les paupières tombantes sans excès, ne doivent pas être considérées comme un défaut, car il participe à l’expression triste du regard typique.
Les oreilles sont tombantes, grandes, épaisses, en forme de V, larges à la base, se rétrécissant jusqu’aux extrémités arrondies. Attachées à la partie postérieure du crâne, à hauteur de la ligne moyenne des yeux, quand il est attentif elles s’élèvent au-dessus de l’attache. Elles sont inclinées à l’attache, le bord antérieur étant plus haut que le bord
postérieur, tombantes sur le côté, le long des joues ou repliées en arrière de sorte que l’on voit l’intérieur (oreille dite « en rose »).

Le cou est très fort et musculeux, avec le bord supérieur légèrement convexe, il est pourvu de fanons.

Le corps est large et haut, le thorax est plus long que l’abdomen, le tronc est fort, couvert d’une peau épaisse et lâche.
La ligne du dessus est concave, sans aucune tendance à l’ensellure ni à l’arcure (dos de carpe), elle est plongeante vers le garrot qui est légèrement plus bas que la croupe, le garrot est large, dû à l’écartement des omoplates.
Le rein et le flanc sont moins longs et moins amples que le thorax, chez la femelle cette région est plus développée. La croupe est large, longue, d’une obliquité approchant les 30 degrés, elle se termine en courbe douce, un peu plus haute que le garrot. Vue de derrière, elle est ample, d’une largeur presque égale à celle du thorax, pouvant même être plus largechez les femelles.
La poitrine est large et bien descendue, atteignant la pointe des coudes, les muscles pectoraux sont bien saillants avec des côtes bien courbées.
La ligne du dessous présente une poitrine longue et parallèle au sol sur toute sa longueur, sans jamais être levrettée.
La queue est très large à la racine, d’insertion moyenne s’affinant pour se terminer au niveau du jarret. Quand le chien est actif, elle se redresse en accentuant la courbe de l’extrémité, sans jamais tomber sur le dos ou s’enrouler.

Les membres antérieurs sont d’égales longueurs, du coude au sol et du coude au garrot.
L’épaule et le bras sont de longueurs égales.
L’articulation scapulo-humérale forme un angle de 90°, une perpendiculaire partant du garrot doit traverser le coude et atteindre le pied.
Les avant-bras sont parallèles avec une ossature puissante et droite. Le carpe est fort et apparent.
Le métacarpe, court et légèrement incliné.
Les pieds antérieurs, sont ovales, formés par des doigts forts et bien cambrés, pas trop jointifs, longs et épais, les ongles sont forts, foncés, pouvant être blancs quand le doigt est blanc.

Les membres postérieurs possèdent une ossature moins forte que les membres antérieurs, mais ils ne sont jamais frêles, ils sont parallèles.
La cuisse est large, bombée par des muscles puissants, qui modèlent la courbe de la fesse. Les tarses sont forts.
Les métatarses, légèrement inclinés et plus longs que les métacarpes, les angulations du grasset et du jarret sont modérées.
Les pieds postérieurs sont un peu plus ovales que les antérieurs et semblables à ceux-ci, ils ne doivent pas présenter d’ergots.
La peau est une caractéristique de la race, elle doit être épaisse et lâche sur tout le tronc, principalement sur le cou, formant des fanons prononcés qui, se prolongent sur la poitrine et l’abdomen. Un pli sur le côté de la tête et un autre descendant du garrot jusqu’à l’épaule sont admis.
Au repos, la tête ne doit pas être ridée, mais en éveil, de petites rides longitudinales sur le crâne apparaissent.
La robe doit présenter un poil court, épais, doux et bien couché.
Les couleurs autorisées sont : le Bringé, le fauve et le noir, avec ou sans masque, on admet des marques blanches sur les pieds, la poitrine et la pointe de la queue.


FILA BRASILEIRO


Brésil

Standard FCI n° 225

Fila Brasileiro a été reconnu

par la FCI le 01 janvier 1960

 

  Age de la confirmation : 15 mois

 

Présentation
Le standard 
Les points de non-confirmation 
La grille de sélection
Le calendrier des expositions
Adhésion au CAMILA-NEA
Engagement Nationale d'Elevage 2022
Contact